Environnement - Travaux - Espaces verts - Collecte déchets & Propreté

Juvisy, tout en étant fortement urbanisée, offre le rare avantage de pouvoir se promener selon l’envie au gré de ses 12 hectares de parcs dans une athmosphère unique. Les découvrir, c’est y retourner...

Juvisy, tout en étant fortement urbanisée, offre le rare avantage de pouvoir se promener selon l’envie au gré de ses 12 hectares de parcs. Les découvrir, c’est y retourner !

Suite à la tempête de 1999 qui a fait de nombreux dégâts, et en concertation avec les riverains et les associations d'environnement qui ont suivi de près le projet, le programme de réhabilitation des parcs a été lancé par la Ville en 2005. Après un diagnostic commandé à un ingénieur écologue, un plan de gestion des parcs a été mis en place.

À savoir:

À compter du 1er juin 2013, l'accès aux parcs et squares est interdit à toute personne en cas d'avis de vent fort ou de tempête, et en particulier, en cas de vigilance Orange ou rouge de Météo France.

 

Le parc Ducastel

Le parc Ducastel, du nom d'un architecte juvisien, s'insère entre le parc de la Mairie au Sud, le parc Camille Flammarion au Nord, la RN7 à l'Ouest et l'hôpital à l'Est.

Le parc de la mairie, le parc Ducastel, le parc aux oiseaux et le parc Camille Flammarion constituent un ensemble cohérent en liaison direct les uns avec les autres.

 

Le parc de la mairie semble avoir absorbé le parc Ducastel depuis que le mur de séparation est-ouest a été supprimé sur 60 mètres environ. Il garde toutefois son charme particulier du probablement à son antériorité de plus d'un siècle avec le Parc de la Mairie.

 

Les statues du pont des Belles Fontaines enjambant l'Orge, ont été installées dans le parc Ducastel à la suite de l'élargissement de la RN7 en 1970.

Elles constituent aujourd'hui un vis-à-vis important de la salle Ducastel, à l'extrémité basse de la grande pelouse.

La diversité des espèces y est très grande. La grande majorité sont des sujets plantés, certains récemment (Chênes, épicéa, chamaecyparis), d'autres plus anciennement (Kéaki, Charmes, cèdre de l'atlas). Les plus vieux ont été plantés à l'origine du parc (pins noirs, Wellingtonia, marronnier).

Le parc Ducastel a le grand privilège d'héberger un Sophora du Japon aux dimensions tout à fait impressionnantes (3 mètres de diamètre) qui lui a valu le label "Arbre Remarquable" décerné par l'association A.R.B.R.E.S.

Compte tenu du diamètre de son tronc, cet arbre a certainement plus de 200 ans et pourrait donc probablement faire partie des premiers sophora plantés en Europe. (Le premier fut à Kew Garden en Angleterre en 1753).

 

Le parc de la mairie

L’Hôtel de ville est installé depuis 1945 dans la maison bourgeoise datant du XIXe siècle.

La physionomie est restée dans l'ensemble telle qu'à l'époque de construction de la bâtisse. Les services techniques possèdent un plan de la partie basse du parc (sous la maison) datant de 1871. (Date à laquelle est décédé M. PIVER, maire de Juvisy et propriétaire des lieux.)

Le parc s'ouvre aujourd'hui sur la ville par deux accès, un en partie basse au sud et l'autre à l'opposé au nord-est.

 

Le parc aux oiseaux

Dans le cadre du programme de réhabilitation des parcs de Juvisy, le parc aux oiseaux a bénéficié en 2006-2007 d'une cure de jouvence : démontage des arbres malades et plantation d'espèces nouvelles, réfection et création de nouvelles allées, rénovation du mobilier urbain (bancs, corbeilles, lampadaires…), pose d'une nouvelle passerelle et de nichoirs.

Ce parc, qui faisait partie tout comme le parc des grottes de l'ancien château de Juvisy, est de nouveau facile d'accès et sécurisé. Il peut désormais livrer ses secrets liés à l'histoire, à la faune ou à la flore.

 

Les plans de la commune du début du XXe siècle montrent bien que ce qu'on appelle aujourd'hui le "parc aux oiseaux" d'une superficie d'environ 1 ha est une parcelle de jardin acquise par Camille Flammarion en 1894. Il y installa une station de recherche en climatologie agricole. Il relia ce jardin au parc de l'observatoire par "le pont du Zodiaque", passerelle en métal enjambant l'actuelle rue Camille Flammarion..

La Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris ), espèce protégée en France, est présente dans le sous-bois, ce qui indique toujours d'actuels ou d'anciens vignobles, cultures sarclées, vergers ou jardins.

Sa place n'est donc absolument pas surprenante, dans le parc aux oiseaux, comme elle ne l'est pas également en de nombreux points du coteau (à Athis-mons, notamment le Coteau des Vignes).

 

Le parc Camille Flammarion

Le parc Camille Flammarion est un site classé depuis 1988. Sa superficie s'étend sur 2,1 ha.

La caractéristique première de cet espace reste l'image de jardin clos avec des systèmes de chambres de verdure qui découpent l'espace, offrant plusieurs ambiances différentes.

Ce parc doit être plutôt considéré comme un jardin, son espace favorise la relation de complicité entre le visiteur et l'œuvre de Camille Flammarion.

L'ouverture actuelle au public, avec une seule entrée et des horaires d'ouverture bien programmés, est une bonne solution pour préserver la tranquillité et la richesse de ce site.

La structure du parc est globalement restée comme elle fut conçue à l'époque de Camille Flammarion vers 1880. Mais la tempête du 26 décembre 1999 a sérieusement endommagé ce parc et a de ce fait augmenté considérablement les frais de restaurations initialement prévus.

Vous pourrez suivre les traces de Camille Flammarion en découvrant, dans ce parc, ce que fut son univers : la grotte rocaille, le Belvédère de l'if Louis XIV , des petits bassins-réservoirs pour le potager, la Tombe de C. Flammarion, un pavillon néo-gothique pour les "études botaniques", malheureusement ce dernier a été largement endommagé par la chute d'un arbre…

En 2011, une équipe d’étudiants en Master « Jardin historique, patrimoine et paysage » de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles et de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne a réalisé une étude historique et paysagère du parc afin de proposer des orientations d’aménagement.

En mai 2012, 3 ruches ont été installées dans ce parc par Philippe Prat, apiculteur amateur ayant étudié l’apiculture amatrice à Paris puis l’apiculture urbaine à Nîmes. A l’initiative de ce projet, l’association Les Amis de Camille Flammarion qui souhaitait mettre en valeur le patrimoine légué par l’astronome Camille Flammarion mais aussi faire découvrir au public ses qualités de naturaliste. Une rencontre a été organisée entre l’apiculteur, les Amis de Camille Flammarion et la municipalité afin d’évaluer la faisabilité du projet et de déterminer si l’environnement dans lequel allaient être installées les abeilles leur fournirait suffisamment de pollen et de nectar de fleurs.

Ce sont donc plus de 150 000 abeilles qui vont profiter des arbres et des fleurs à leur disposition dans le parc de l’Observatoire mais aussi dans le parc de la Mairie ou encore dans le parc Ducastel. Il n’y a aucun danger pour les visiteurs des parcs et pour les Juvisiens. Les abeilles ne sont pas agressives et l’apiculteur sera régulièrement présent sur le site pour s’assurer que tout se passe bien.

Aujourd’hui, les abeilles ne servent plus uniquement à la production de miel. En effet, la pollinisation – transport des grains de pollen – est nécessaire à 70% de notre production alimentaire. En milieu urbain, l’extinction de certaines espèces a entrainé la disparition de ce phénomène. Les abeilles sont donc utilisées pour pallier à cette absence.

 

Le parc des Grottes

Le parc des Grottes est constitué d'une grande pelouse et se situe entre le grand ensemble composé par les parcs Ducastel, de la Mairie, aux Oiseaux et Flammarion d'une part et les parcs Gounod et Lambert d'autre part.

Il est longé à l'Est par l'avenue Th. Botherel qui relie ces deux groupes de parcs. On y accède également à l'Ouest, en bord de coteau, par l'avenue des Cascades.

 

Le parc actuel est le résultat d'une histoire commencée au XVIIe siècle, période qui vit la construction d'un parc régulier, dessiné par Le Nôtre. Établit sur le coteau, il ouvrait la vue sur l'Orge, la Seine et au-delà sur son coteau opposé. De cette époque, il reste la composition générale et le mur de soutènement. Au XIXe siècle, l'adjonction de la grotte monumentale lui confère l'aspect qui lui reste aujourd'hui. Le parc des grottes d'une superficie de 2,2 ha est protégé au titre des sites inscrits.

 

Les parcs Gounod et Camille Lambert

 

Le parc Gounod se situe à l'Ouest. Ancienne propriété bourgeoise, il possède une belle maison et un parc dont le concepteur a su, à l'époque de sa création, profiter des sources présentes vers le coteau.

Le parc Camille Lambert doit son nom à ce peintre Belge venu s'installer à Juvisy en 1919. Il fit don en 1956 de cette propriété à la commune à la condition qu'une école d'art y soit ouverte. Il est situé à l'est du parc Gounod, plus bas sur le coteau. On y accède soit par l'avenue de la Terrasse au niveau du centre culturel G. Brassens soit par l'école d'art Camille Lambert.

Ces deux parcs contigus et reliés entre eux forment une seule et même entité d'environ 1,2 ha entre l'avenue Gounod, l'avenue de la Terrasse et le lycée Marcel Pagnol.

Des plantations de jeunes arbres ont été effectuées (Chêne rouge, Orme, Ginkgo, Sorbier des oiseleurs…).

 

Le jardin Debussy Champagne

Lieu de calme et de repos, cet espace vert, situé sur le Plateau, possède des jardins à thème, un théâtre de verdure et une aire de jeux pour enfants. Une place centrale favorise la convivialité. La conception de ce jardin a été réalisée en concertation avec les habitants.

 

Le parc de Seine

Aménagé au coeur de la résidence Monttessuy, le parc de Seine est un petit havre de verdure au coeur du quartier, donnant sur la Seine. Chaque année s'y déroule au printemps la fête du quartier Seine.

 

Les bords de l’Orge

La gestion d'une rivière concerne tous les habitants d'une même vallée.

C'est pourquoi 32 communes dont Juvisy et la Communauté de communes Les Portes de l'Essonne se sont rassemblées au sein du Syndicat de la vallée de l'Orge aval (SIVOA).

L'entretien de la rivière et de ses berges, la gestion hydraulique, l'assainissement, la surveillance de la qualité de l'eau sont ainsi assurés plus efficacement.

Pour en savoir plus :http://syndicatdelorge.fr/

 

Le Port aux Cerises

Aux portes de la Ville, vous pouvez profiter de la base de loisirs du Port aux Cerises.

Par la volonté des élus du Département et des villes de Draveil, Juvisy, Vigneux et grâce à la contribution de ces collectivités, l'accès aux espaces verts, aux parkings et aux équipements de loisirs est entièrement gratuit.

Vous trouverez à votre disposition : des jeux d'enfants, des aires de pique-nique, des tables de ping-pong, des parcours d'entretien physique, des terrains de pétanque et diverses animations....

 

D’autres activités sont payantes comme les manèges, l’accrobranche, etc .

En savoir plus : portauxcerises.ucpa.com